Infrastructures de transports : l’Etat a les cartes en main
Partager

Le Conseil d’Orientation des Infrastructures (#COI) a remis ce 31 janvier 2018 à la Ministre des Transports Elisabeth Borne son rapport conclusif pour une priorisation des infrastructures de transports. Trois scénarii ont été étudiés: boucher les trous, mieux répondre aux besoins du quotidien, ou relancer de grands projets routiers et ferroviaires.

Le choix des écologistes est clair : même s’il est insuffisant, le deuxième scénario préserve l’avenir, et n’engage pas la France dans de grands projets inutiles, coûteux, consommateurs de terres agricoles, destructeur de milieu naturel, futurs émetteurs de polluants et de gaz à effet de serre.

Europe Ecologie Les Verts – Alsace salue l’évolution importante de la réflexion menée sur les transports, avec l’intégration de la durabilité du développement du territoire. Et ce en particulier par le soutien des transports urbains, les projets de RER, du fret ferroviaire et fluvial, ainsi que le développement des transports doux comme le réseau de véloroutes et de voies vertes.

Ainsi bien que le rapport conseil l’abandon de certains Grands Projets Inutiles et Imposés (#GPII) comme l’#A45 entre Lyon et St Etienne, on ne peut que regretter le silence du conseil sur le #GCO, projet d’un autre âge encourageant toutes les mauvaises pratiques dénoncées par ailleurs dans le rapport.

Nous appelons maintenant le gouvernement à porter une vraie vision des déplacements dans notre pays, et à mettre en cohérence ses choix budgétaires et exécutifs avec cette vision. Espérons que, contrairement à l’avis du Conseil National de Protection de la Nature, celui du COI ne soit pas jeté aux oubliettes.